Vous êtes ici

Rapport général de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement au-delà de 2014: Les progrès et les défis

Vingt ans après la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD), le rapport global au-delà de 2014 vient d'être lancé. C'est la toute première évaluation véritablement mondiale de progrès, de lacunes, de défis et de questions émergentes dans le cadre de la Conférence historique internationale sur la population et le développement (CIPD), tenue au Caire en 1994. Ce rapport d'experts contient des données recueillies auprès la société civile et de centres universitaires de 176 pays dans le mondeIl met en exergue la réduction de la pauvreté, le renforcement des capacités des femmes et l'égalité de genre, la situation des adolescents, des jeunes et des personnes âgées, les discriminations et les inégalités sociales.

 Des progrès, mais aussi des défis à relever. Le rapport montre que le programme d'action du Caire a largement contribué à  des progrès tangibles. Depuis la CIPD tenue en 1994, le monde a vu une réduction significative de la pauvreté et la  croissance économique, même si beaucoup vivent encore dans la pauvreté. Entre 1990 et 2010, le nombre de personnes  vivant dans l'extrême pauvreté a significativement diminué de 47% à 22% dans les pays en développement, soit une  réduction de près d'un milliard de personnes. Le rapport montre qu'environ 93 % des gouvernements ayant répondu à  l'enquête mondiale de la CIPD au-delà de 2014 indiquent qu'ils se penchent sur l'éradication de la pauvreté, avec une  attention particulière aux stratégies de génération de revenus et d'emploi.

On note que moins de femmes meurent pendant la grossesse et l'accouchement; le nombre des accoucheuses qualifiées a augmenté de 15 % dans le monde entier. Depuis 1990, plus de femmes ont accès à l'éducation, au travail et à la participation politique ; plus d'enfants vont à l'école, et moins d'adolescentes font des bébés. La croissance démographique a ralenti en partie à cause de la prise de décision individuelle dans les tendances de la population.

Concernant la situation des jeunes et des adolescents, on note que les taux de natalité chez les adolescentes ont diminué de 1990 à 2010 dans les pays dans tous les groupes de revenu et régions, mais dans le monde entier, plus de 15 millions de filles âgées de 15 à 19 ans donnent naissance chaque année. Une proportion importante des grossesses chez les adolescentes résultent de rapports sexuels non consensuels, et 9 sur 10 ont lieu dans le cadre du mariage précoce

Des défis en dépit des progrès

Malgré les succès enregistrés, de nombreux défis restent à relever car au-delà de ces résultats, le rapport global indique que sur les 197 millions de chômeurs en 2012, près de 40 %  étaient âgés de 15 à 24. Le scénario de chômage est encore aggravé par le travail d'un grand nombre de jeunes gens de mauvaise qualité et des emplois faiblement rémunérés avec des arrangements de travail intermittents et précaires. Environ 60 % des jeunes dans les régions en développement sont soit sans travail ou engagés dans un emploi irrégulier. La création de 600 millions d'emplois productifs au cours de la prochaine décennie est plus que jamais nécessaire pour absorber le taux de chômage et offrir des possibilités d'emploi pour les 40 millions d'entrants sur le marché du travail chaque année.

Par ailleurs, une femme sur trois dans le monde déclarent avoir été victime de violence physique et / ou sexuelle. Il y a des  zones où de nombreux hommes admettent ouvertement le viol sans subir les conséquences. Et, dans aucun pays les  femmes ne sont égales aux hommes en termes de pouvoir politique ou économique! Au cours des deux dernières  décennies, le nombre et la proportion des personnes âgées de 60 ans ou plus a augmenté dans tous les pays, avec  l'augmentation de la population des personnes âgées dans les pays en développement plus de deux fois (72 %) que dans  les pays développés (33 %).

De nombreux individus et des groupes minoritaires notamment les personnes handicapées et les populations autochtones, les minorités ethniques et raciales, les personnes de diversité sexuelle, les travailleurs du sexe, les migrants et les personnes vivant avec le VIH/SIDA continuent d'être exposés à des comportements discriminatoires, dont la stigmatisation, le traitement injuste, l'exclusion sociale ou la violence en raison de leur identité.

Malgré la croissance économique enregistrée depuis la CIPD tenue au Caire en 1994, les inégalités de revenus sont en augmentation, et menacent de nouveaux progrès vers l'élimination de l'extrême pauvreté. L'autonomisation des femmes et l'égalité des sexes ne sont pas encore une réalité. Dans les communautés les plus pauvres, la situation des femmes, la mortalité maternelle, le mariage des enfants, et bon nombre de préoccupations de la Conférence du Caire ont vu peu de progrès au cours des 20 dernières années. L'espérance de vie continue d'être trop faible et 800 femmes par jour meurent encore en couches. Il y a encore 222 millions de femmes n'ayant pas accès à la contraception et à la planification familiale.

Au regard de cette situation, des actions concrètes méritent d'être menées. « Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre encore 20 ans pour lutter contre les inégalités qui affligent notre bien-être collectif. Le temps est venu d'agir.» déclare le Directeur Exécutif de l'UNFPA, Dr Babatunde Osotimehin.

Vingt (20) ans après la Conférence internationale sur la population et le développement tenue au Caire, l'UNFPA reste fermement engagé à offrir un monde où chaque grossesse est désirée, chaque accouchement est sans risques et le potentiel de chaque jeune est rempli.

Téléchargez le rapport complet en anglais ici:PDF

Interessé? Lire plus

 

B. Emmanuel KANSIE / Unité de communication de l'UNFPA