Vous êtes ici

Promotion de l’élimination des Mutilations Génitales Féminines (MGF) au Burkina Faso : Le Président du Faso transmet le flambeau de la lutte à la nouvelle génération

« 30 ans de lutte contre la pratique de l'excision au Burkina Faso, quelles perspectives pour la nouvelle génération ? ». C’est sous ce thème que le gouvernement du Burkina Faso commémore en différé la 17e Journée internationale « Tolérance Zéro aux Mutilations Génitales Féminines (MGF) » et la 20e journée nationale de lutte contre la pratique de l'excision.  Une double commémoration placée sous la Présidence du Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Champion de l'Union Africaine pour la promotion de l'élimination de l'Excision.

 

Une célébration conjointe pour faire le bilan de 30 ans d’actions

Pour Mme la Ministre de la Femme, de la Solidarité Nationale, de la Famille et de l’Action Humanitaire, le thème retenu invite à faire le bilan de trente (30) années de lutte et à réfléchir sur l’implication et la participation de la jeunesse aux actions de promotion de l’élimination de l’excision au Burkina Faso. Il s’agira de projeter les actions à venir avec la jeunesse afin d’accélérer l’atteinte de la tolérance Zéro aux MGF d’ici 2030 conformément aux ODD.5 (Objectifs du Développement Durable) qui visent à « réaliser l’égalité des genres et donner des capacités et du pouvoir aux femmes et aux filles » et à « éliminer toutes formes de pratiques néfastes telles que les mariages d’enfants et les mutilations génitales féminines ».


Mme Laurence Ilboudo/Marshal, Ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l'Action humanitaire  - M. Christophe Dabiré, Premier Ministre - Dr. Olga SANKARA, Représentante Assistante de l'UNFPA au Burkina Faso

Dans son discours prononcé lors de la cérémonie au nom des PTF, Dr. Olga SANKARA, Représentante Assistante du bureau pays de UNFPA estime que la contribution des jeunes générations est incontournable. C’est pourquoi, « les filles et les garçons doivent s’engager fermement pour une élimination totale et durable de l’excision ». Grâce aux actions conjugués du gouvernement et des partenaires techniques et financiers dont le Programme conjoint UNFPA-UNICEF, plus de 3.500 villages ont déclaré publiquement l’abandon des mutilations génitales féminines MGF, soit 44% des villages du pays.

La jeunesse, représentée par cent cinquante (150) jeunes venus des quarante-cinq (45) provinces du Burkina Faso, et qui ont participé à un panel à la veille de la cérémonie, quant à elle a pris l’engagement de poursuivre les actions entreprises et d’œuvrer de sorte à consolider les acquis afin d’engranger de nouvelles victoires sur pratique de l’excision. Cet engament a été illustré par un message qui sera transmis au chef de l’état.

Le Président du Faso en sa qualité de Champion de l’Union Africaine pour la promotion de l’élimination de l'excision, à travers son discours, lu par le Premier Ministre, a invité les jeunes à « recevoir avec honneur, le flambeau de la lutte et surtout à entretenir la flamme allumée par les pionniers et cela jusqu’à l’éradication totale et définitive de la pratique de l’excision au Burkina Faso ».


S.E.M Roch Marc Christian Kaboré, Président du Burkina Faso, en compagnie des repérentants des jeunes des quarante-cinq (45) provinces du Burkina Faso

Transmettre le flambeau de la lutte à la nouvelle génération

Faisant suite à la double commémoration, les jeunes des quarante-cinq (45) provinces du Burkina Faso sont reçus par le Président du Faso ce 14 juillet. Une audience au cours de laquelle les jeunes réaffirment leur engagement à accompagner les actions de lutte contre les pratiques néfastes au Burkina Faso.

En sa qualité de Champion de l'Union Africaine pour la promotion de l'élimination des MGF, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE procède à une remise du fanion à la délégation des jeunes, symbolisant le passage du témoin à la nouvelle génération. Il a ensuite exhorté les jeunes à « marquer une rupture définitive avec les pratiques néfastes et à être des porte-flambeaux de la lutte contre les mutilations génitales féminines ». Pour lui, l’engagement des jeunes dans la lutte est « un travail pour la vie ; un travail pour la liberté ; un travail pour l’émancipation de la femme ».


Reportage : Pélagie Nabolé