Actualités

FORMATION DES MEDECINS GYNECOLOGUES ET UROLOGUES A LA PRISE EN CHARGE CHIRURGICALE DE LA FISTULE OBSTETRICALE

22 août 2019
La cérémonie de lancement de la formation ...

Rendre le sourire aux victimes. 

C'est dans cette optique qu'une trentaine de médecins en fin de spécialisation dans les domaines de la gynécologie obstétrique et de l'urologie sont formés. Cette formation  rassemble des experts du domaine au profit des apprenants et se tient avec l'appui de l'UNFPA sur une période de 10 jours, incluant une  phase théorique et une phase pratique. Cette dernière se déroule sous forme de stage au sein des Hôpitaux Schiphra et Saint Camille de Ouagadougou.

La cérémonie de lancement de cette formation a été présidée par le Représentant résidant de l’UNFPA au Burkina, M.  Auguste KPOGNON, accompagné du Pr Blandine Bonané/Thiéba, chef du département de  gynécologie obstétrique de l’hôpital universitaire Yalgado Ouédraogo et du Dr André Yolland Ky, Directeur de la Santé de la Famille (DSF).

En rappel, l'UNFPA est fortement engagé auprès du gouvernement pour l’élimination de la fistule obstétricale et pour le respect des droits des femmes surtout des plus vulnérables. Le Représentant de l’UNFPA M. Auguste KPOGNON dira à ce titre : « La fistule, … constitue une violation des droits de l’homme, le reflet des défaillances des systèmes de santé et un signe tragique d’injustice et d’inégalités sociales à l’échelle mondiale ».


le Représentant de l’UNFPA M. Auguste KPOGNON

2030 et les Objectifs de développement durable

Le gouvernement du Burkina Faso est engagé, à travers la DSF, pour l’élimination de la mortalité maternelle évitable, et des morbidités dont la fistule obstétricale. De nombreuses dispositions sont prises à cet effet telles que la gratuité des soins aux femmes enceintes, y compris pour la fistule obstétricale. Cependant, comme le précise le Dr Belemviré Seydou de l’UNFPA « les structures publiques doivent être renforcées pour la prise en charge de la fistule... » . Cette formation des médecins en spécialisation vise donc à renforcer l’efficacité de la  prise en charge de cette maladie invalidante.


Dr Belemviré Seydou de l’UNFPA

Pour le Pr. Thiéba, « Cette formation doit permettre de réparer les conséquences  de l’insuffisance d’accouchements assistés par du personnel qualifié et compétent. »


Pr Blandine Bonané/Thiéba

 

 

Rédaction

Désiré OUEDRAOGO

Dr Nadine GHILAT PARE/BELEM

Siaka TRAORE

 

 

Photographies

Désiré OUEDRAOGO