Actualités

Rapport Mondial sur l'état de la pratique de sage-femme 2014: Un outil pour renforcer les acquis de la profession

12 septembre 2014

Le Burkina Faso à travers son Ministère de la santé a, en collaboration avec l'UNFPA procédé au lancement du rapport mondial sur l'état de la pratique de Sage-femme 2014, le jeudi 11 septembre. La cérémonie de lancement a eu pour objectif de diffuser le contenu du rapport et de le mettre à la disposition des acteurs du domaine de la santé pour des prises de décisions idoines concernant le métier de sage-femme.

Lors du trentième congrès triennal des Sages-femmes à Prague, en juin 2014, l'UNFPA de concert avec l'ICM (Confédération Internationale des Sages-femmes) et leurs partenaires ont publié un «Rapport sur l'état de la pratique de sage-femme dans le monde 2014». Après cette publication, il revenait à chacun des 73 pays ayant participé à l'étude et à l'élaboration du document de procéder à son lancement au niveau national. C'est dans l'optique de respecter cet engagement, que le Burkina Faso, pays participant, a procédé au lancement du dudit rapport, le 11 septembre 2014 à Ouagadougou.

Au cours de la cérémonie ponctuée d'entractes musicaux et théâtraux, la Directrice de la Santé de la Famille, Dr Isabelle Bicaba a présenté une synthèse du contenu du rapport et a précisé combien il est important que les gouvernants adoptent des stratégies afin de renforcer les capacités des sages-femmes. En effet, le document révèle que 87% des décès maternels et néonataux pourraient être évités si les services de sage-femme sont disponibles, accessibles, acceptables et de qualité. Le rapport a donc pour objectif premier de fournir des données factuelles sur la situation des sages-femmes dans le monde en 2014, qui appuieront le dialogue politique entre les instances gouvernementales et leurs partenaires et permettront d'accélérer les progrès sur la voie de la réalisation des OMD relatifs à la santé de la mère et de l'enfant. 

Pour le Représentant résident de l'UNFPA au Burkina Faso, Dr Mamadou Kanté, «aucune femme ne doit mourir en voulant donner la vie, c'est pourquoi l'UNFPA s'engage aux côtés de l'Etat à soutenir les efforts fournis pour améliorer la pratique de sage-femme».
Avant de déclarer lancé le rapport mondial sur l'état de la pratique de sage-femme au Burkina, le Ministre de la santé Léné Sebgo a invité les acteurs du domaine à s'approprier ce rapport afin d'en faire un outil de plaidoyer efficace pour le renforcement de la profession sage-femme.

Bénédicte Bama/Toé, Unité de communication, UNFPA

 

 

 Le Réprésentant Résident de l'UNFPA, Dr Mamadou Kanté, M.Léné Sebgo ,Ministre de la Santé  et  Dr Nathalie Roos de l'OMS, tenant entre les mains le " Rapport mondial 2014 sur l'état de la pratique de sage-femme"