Actualités

Journée mondiale de la population 2019 au Burkina Faso

31 juillet 2019
Une commémoration placée sous le prisme du bilan et des perspectives de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD)


Le Burkina Faso a célébré la journée mondiale de la population 2019 sous la présidence effective de la Ministre déléguée en charge de l’aménagement du territoire. Une cérémonie marquée par une forte mobilisation surtout des jeunes et des acteurs du développement. Une belle occasion pour faire le bilan de la CIPD et tracer les perspectives pour le prochain sommet sur la conférence internationale sur la population et le développement qui se tiendra à Nairobi au Kenya du 12 au 14 Novembre prochain.

une forte mobilisation surtout des jeunes et des acteurs du développement
Une forte mobilisation surtout des jeunes et des acteurs du développement

Les acquis de la CIPD au Burkina Faso

Le bilan de la CIPD, 25 ans après a fait l’objet de toutes les interventions au cours de la cérémonie commémorative de la journée mondiale de la population 2019. Pour la Ministre  Pauline ZOURE, la CIPD a changé le visage du Burkina. Elle dira en substance « Au Burkina Faso, les actions entreprises dans le cadre du Programme d’actions de la CIPD ont permis de réaliser des progrès considérables dans plusieurs domaines…la prise en compte des questions de population dans les politiques de développement notamment dans le Plan national de développement économique et social (PNDES) à travers l’axe 2 «développer le capital humain » et l’objectif stratégique 2.1 « améliorer la santé des populations et accélérer la transition démographique ». Ce positionnement de la CIPD selon la Ministre a contribué à faire évoluer les indicateurs sociaux dans le pays. Quant au Représentant de l’UNFPA, Monsieur Auguste KPOGNON, il dira « Au Burkina, en effet, on note beaucoup d’engagements et d’initiatives qui sont en droite ligne avec le Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement, tenue il y a de cela 25 ans au Caire ».


la Ministre  Pauline ZOURE


Monsieur Auguste KPOGNON

En effet au Burkina, depuis la CIPD, on note des améliorations : la mortalité maternelle a baissée de 41,7%, le taux de prévalence contraceptive moderne a été multiplié par 5, passant de 4 à 22,5%, etc. Ces progrès ne doivent pas ignorer les défis qui restent à relever car la tâche n’est pas achevée a souligné en substance l’artiste slameuse Malika qui a délivré un message très fort au cours de la cérémonie.

 

Travailler pour « achever la tâche »

L’arbre ne doit pas cacher la forêt, la CIPD a engendré beaucoup de progrès au Burkina Faso et dans le monde. Cependant il faut redoubler d’effort pour achever les problèmes soulevés par le programme d’actions. Cela nécessite que les programmes ciblant les populations soient renforcés. Que les besoins des 200 millions de femmes qui veulent planifier la naissance de leur enfant soient satisfaits. Que nous arrivions à un monde où toutes les grossesses sont désirées, les accouchements sans danger et un monde où les violences basées sur le genre n’existent pas. Il y a un travail à faire et le Burkina doit préparer judicieusement sa participation au sommet de Nairobi qui se tiendra du 12 au 14 novembre 2019. A ce sommet, tout comme au Caire en 1994, le pays doit défendre ses positions et faire entendre sa vision.


Dr Larba Issa KOBYAGDA

 

Rédaction : Siaka Traoré

Photographie : Désiré Ouédraogo