Actualités

Lutte contre les fistules obstétricales au Sahel

30 April 2013

Un projet aux résultats inouïs

Initié en juillet 2008 par le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en partenariat avec le ministère de la santé, le projet « Appui au programme de lutte contre les Fistules obstétricales pour l'amélioration de la sécurité humaine et du bien-être de la population de la région du Sahel » en est à sa phase finale. Selon les acteurs de mise en œuvre, réunis à Ouagadougou le jeudi 25 avril 2013 pour la restitution des résultats de l'évaluation finale, ce projet aurait atteint ses objectifs.

Le projet de lutte contre les fistules obstétricales dans la région du Sahel au Burkina Faso a enregistré des résultats dépassant tous les espoirs des acteurs de sa mise en œuvre. Lors d'un atelier tenu le 25 avril 2013 à Ouagadougou, le bureau d'étude AFRICSanté, chargé de l'évaluation du projet, a dévoilé le bilan de plus de quatre ans de travail devant d'une trentaine de personnes.

Financé à hauteur de trois (03) millions d'Euros par le Grand-Duché du Luxembourg, ce projet a été mis en œuvre par le Ministère de la santé à travers la Direction de la Santé de la Mère et de l'Enfant, la direction de l'hygiène publique et l'éducation pour la santé et la direction régionale de la santé du Sahel. Quant au Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), il a apporté son soutien technique.

Plus de 100% de réussite !

Au départ, le projet visait à soigner 400 femmes vivant avec des fistules obstétricales. Ce sont finalement 433 femmes qui ont été traitées avec un taux de succès estimé à 89%. Divers éléments ont permis d'atteindre ces résultats, comme l'excellente stratégie communautaire de communication mise en place, le renforcement des compétences, la double prise en charge médicale et alimentaire des femmes vivant avec les fistules obstétricales, la formation des agents de la santé et les équipements médico-techniques. Ces éléments ont permis d'améliorer significativement l'offre et la demande de service de planification familiale, les soins obstétricaux essentiels et soins obstétricaux d'urgence ainsi que la prise en charge des femmes victimes de fistules.

Le projet a également contribué à rehausser le taux d'utilisation des méthodes contraceptives. La couverture en consultations prénatales a fait un bond de 30 % en 5 ans, passant de 58% à 88% entre 2007 et 2011 dans toute la région du Sahel. L'amélioration la plus perceptible reste celle de l'assistance qualifiée à l'accouchement. Elle a franchi le cap des 60% (26 % en 2007, 63% en 2011). De nombreuses autres réalisations ont été enregistrées notamment la construction d'infrastructures sanitaires, un bloc opératoire et l'acquisition de matériel médico-technique et des outils de sensibilisation.

Un atelier pour s'approprier les résultats

L'atelier de ce jour avait donc pour but d'offrir aux partenaires de mise en œuvre l'opportunité de s'approprier ces résultats, et aussi de développer des initiatives pour la poursuite de la prise en charge des femmes souffrant de cette maladie. La Directrice de la santé de la mère et de l'enfant, le Dr. Djénéba Sanon (photo), a remercié l'UNFPA et le Luxembourg aux noms des bénéficiaires. Le Représentant de l'UNFPA, le Dr Mamadou Kanté, a félicité les acteurs du projet pour les efforts consacrés qui ont contribué à l'atteinte des objectifs. Ses remerciements se sont également adressés au gouvernement du Luxembourg, partenaire financier, Dr Amédée Prospère Djiguemdé, Directeur général de la santé de la famille, représentant le secrétaire général du ministère de la santé, a remercié au nom des bénéficiaires, l'UNFPA et le Grand duché de Luxembourg pour l'appui technique et financier ayant permis de sauver la vie de centaines de femmes dans la région du Sahel.

 

Emmanuel KANSIE, Equipe communication de l'UNFPA

 

Articles de presse en ligne

Le Faso.net Santé sexuelle et de la reproduction: à l'heure du bilan du projet de lutte contre les fistules obstétricales dans la région du Sahel

Allafrica.com Burkina Faso: Lutte contre les fistules obstétricales - Des résultats satisfaisants

 

Allocution du Docteur Mamadou Kanté, Représentant de l'UNFPA au Burkina Faso

À l'occasion de la restitution des résultats de l'évaluation du projet de lutte contre les fistules au Sahel et l'évaluation des besoins des structures sanitaires pour la prise en charge des femmes victimes de fistules obstétricales

-     Monsieur le Directeur Général de la Coopération ;

-     Chers partenaires,

-     Mesdames et Messieurs.

C'est un immense plaisir pour moi de me retrouver parmi vous ce matin.

C'est pourquoi, je voudrais avant tout propos vous adresser   mes sincères remerciements pour votre participation à cet atelier, consacré à la  restitution des résultats de deux évaluations. La première concerne le projet « Appui au programme de lutte contre les Fistules obstétricales pour l'amélioration de la sécurité humaine et du bien-être de la population de la région du Sahel ». La seconde est relative aux besoins des structures de référence pour la prise en charge des femmes victimes de fistules obstétricales.

 

Mesdames et Messieurs,

En 2003, l'UNFPA, au regard de son mandat, a lancé une campagne mondiale d'éradication des fistules obstétricales. Depuis lors, plusieurs actions ont été menées en vue de lutter contre cette maladie en collaboration avec les différents gouvernements.

C'est dans ce cadre que le projet « Appui au programme de lutte contre les Fistules obstétricales pour l'amélioration de la sécurité humaine et du bien-être de la population de la région du Sahel » a été initié par le gouvernement du Burkina Faso et l'UNFPA, avec le soutien financier du Grand Duché de Luxembourg. Ce projet se fixait l'ambition  de contribuer à l'amélioration de la sécurité humaine et du bien-être de la population dans la région sanitaire du Sahel. Les nombreuses activités qui ont été réalisées  dans ce cadre pendant trois ans,  ont permis d'améliorer de façon significative certains indicateurs. En attendant que les résultats vous soient présentés en détail, il me plait d'en citer quelques-uns :

 

  • la prise en charge chirurgicale de plus de 400 femmes victimes de fistules obstétricales avec un taux de succès d'environ 89% ;

  • la construction d'un bloc opératoire et l'équipement en matériel médico-technique des formations sanitaires du Sahel ;

  • l'accompagnement de ces femmes afin qu'elles retrouvent leur place  dans  la société. Ainsi, un centre d'accueil a été réhabilité au Centre hospitalier régional de Dori.

  • Enfin, la mise à disposition des ressources financières pour des activités génératrices de revenus plus de 200 femmes.

 

Mesdames et Messieurs,

Je saisis cette opportunité pour remercier le gouvernement du Luxembourg qui a bien voulu nous accompagner financièrement dans la mise en œuvre effective de ce projet. Sans ce soutien, il allait être difficile de donner de l'espoir d'une vie meilleure à ces nombreuses femmes du Sahel. C'est le lieu également d'adresser mes vives félicitations à l'ensemble des acteurs de la  mise en œuvre qui, malgré certaines difficultés rencontrées, se sont investis pour le bonheur de la population en général et de la femme en particulier.

 

Mesdames et Messieurs,

Dans la perspective d'accompagner  le gouvernement  dans   la prise en charge des femmes victimes de fistules obstétricales de façon continue, une évaluation des besoins des structures de référence, dont  les résultats nous seront présentés au cours de cet atelier,  a été réalisée.

La lutte contre les fistules obstétricales constitue une priorité pour l'UNFPA. C'est pourquoi, l'UNFPA continuera d'appuyer le gouvernement dans la recherche de ressources, le développement de partenariat avec les structures privées ainsi que le renforcement de leurs capacités afin de venir en aide à ces femmes victimes de cette maladie.

Pour conclure, j'appelle à une mobilisation absolue de tous les acteurs autour de la fistule  afin qu'ensemble nous mettions fin à ce fléau qui continue de briser la vie de  nombreuses femmes.

Je souhaite plein succès aux travaux de cet atelier.

Je vous remercie