Actualités

Faire de la santé maternelle, une réalité tangible au Burkina

2 April 2015

Le jeudi 26 mars 2014, a eu lieu dans la salle de réunion de la Direction de la Santé de la Famille, la 1ère réunion trimestrielle du groupe thématique Santé maternelle ou cluster femme. Objectif : faire le suivi des produits dont est responsable ce groupe. Regroupant les partenaires d’exécution, la partie étatique et l’UNFPA, cette rencontre a connu un bel engouement.

 

« Santé maternelle, beaucoup reste à faire »

Promouvoir la santé maternelle au Burkina est l’un des principaux objectifs que poursuit l’UNFPA. En effet, en dépit des efforts fournis par le gouvernement, le Burkina reste l’un des pays où le taux de la mortalité maternelle reste des plus élevé.Il est estimé à 341 décès pour cent mille naissances vivantes (EDS 2010) contre9.6 pour 100 000 naissances en France (2001-2006 selon l’INVS). Afin de faire chuter ce taux au plus bas, l’UNFPA s’est donc engager à renforcer les capacités nationales dans divers domaines portant sur le bien-être de la femme avant, pendant et après accouchement notamment dans les Soins Obstétricaux et Néonataux d'Urgence,SONU (également dans des situations d'urgences humanitaires). C’est dans cette optique que l’institution prévoit dans son plan d’action divers produits à atteindre par le concours des structures nationales et organisations non gouvernementales. Quatre produits permettant la promotion de la santé maternelle ont été retenus et mis en œuvre sur le terrain par des partenaires d’exécution.

 

«Mise en œuvre des produits du groupe thématique Santé Maternelle»

Produit2 : «Les capacités nationales de mise en œuvre de programmes généraux deformation des sages-femmes sont renforcées» ;

produit 3 : «Les capacités nationales en matière de soins obstétricaux et néonataux d’urgence(SONU) y inclus dans les situations d’urgences humanitaire sont renforcées» ;produit 4 : « Les capacités nationales de prévention et de traitement de la fistule obstétricale et de réinsertion sociale sont renforcées » ; produit 5 : «Les systèmes nationaux pour la sécurisation et l’approvisionnement en produits de la santé de la reproductions ont renforcés » et Sayana press. Tels sont les 4 produits dont le suivi de la mise en œuvre à fait l’objet d’échanges entre les membres du groupe thématique Santé maternelle les 26 et 27 mars 2015 à la DSF (Direction de laSanté de la Famille) à Ouagadougou.

Cette rencontre qui se tient trimestriellement est la première de l’année 2015. Elle a permis aux différentes parties prenantes à savoir : les partenaires d’exécution, la partie nationale et l’UNFPA de faire ensemble le bilan des PTT (plan de travail trimestriel) et de voir l’évolution des PTA de chaque partenaire d’exécution.

Deux jours durant les participants à cette rencontre ont fait le point sur l’exécution financière et physique des différents PTA, de faire le point des activités menées et d’apprécier l’évolution des indicateurs. Pour le docteur Cheick Ouédraogo représentant la directrice de la santé de la famille et la partie nationale «cet exercice va faire en sorte que les partenaires sur le terrain puissent améliorer la mise en œuvre des produits ci-dessus citées». Chaque partenaire a donc exposé le bilan physique et financier du produit dont il est responsable et fait connaitre les activités planifiées pour le 2èmetrimestre.

Pour les participants, cette rencontre est bienvenue car elle permet à chaque structure de recadrer sa démarche afin d’obtenir des résultats efficients sur le terrain. Selon Bago Maiga Aminata, représentant Enfant du Monde Suisse,partenaire d’exécution de l’UNFPA «Cela fait trois ans que je participe à cette rencontre bilan trimestrielle et j’apprécie positivement la tenue de ces réunions. Elles nous permettent de faire le point de l’exécution des activités au niveau de chaque partenaire, d’identifier ensemble les difficultés et de rechercher les solutions pour améliorer la mise en œuvre du programme. La particularité de la rencontre de cette année est qu’elle survient assez tôt comparativement aux années précédentes. Cela va nous permettre d’avoir les ressources du second trimestre à temps, ce qui aura pour conséquence heureuse l’accélération de la transmission des justificatifs et la mise en œuvre des différentes activités planifiées. Cela sera bénéfique pour chaque partie, à moins que le retard ne vienne cette fois de l’UNFPA (rires)».

 

Bénédicte Bama/Toé, Unité de Communication UNFPA

 

Le Dr Cheick Ouédraogo, représentant la Directrice de la Santé de la Famille, a présidé les travaux de la revue trimestrielle

 
Les Chargés de Programme de L'UNFPA ont été d'un grand appui
 
 
L'ensemble des partenaires d'exécution des produits ont pris part aux travaux